05 novembre 2012

Dialogue

  -IV- - Tu ne cesses d'écrire, où vas-tu? - Vers la vision, je t'en ai déjà parlé. - Tu as vraiment l'air en pleine extase. - C'est parce que j'ai enfin trouvé les mots. - Il est vrai que la vie peut devenir si pénible. - Sans les mots la vie n'a pas de nom. - C'est pourquoi on revient toujours à la poésie. - Tu disais aussi que le bleu du ciel était cruel. - Le ciel, la nature est cruelle, pas de doute là-dessus. - La nature est magnifique, c'est toi qui es cruel. - Peu importe si l'acte d'écrire aboutit à... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2012

Dialogue

-III- - Tu te souviens encore de la liberté? C'était le monde ancien.  - Mais j'ai gardé encore quelques poèmes dans ma poche. - C'était où l'époque où on pouvait articuler toutes les langues. - Le monde a la capacité de très vite vieillir.  - Tu veux dire que la liberté est très vite allée à sa perte.  - Le dégoût peut devenir infini, c'est vrai. - C'est vrai qu'il n'y a plus personne maintenant.  - La foule de la liberté s'est dispersée et des barbares sont assoiffés de sang.  - Tu parles souvent de... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2012

Dialogue

-II- - Hier tu disais que la nature était par terre. Je ne comprends pas. - Hier nous parlions une autre langue, la nature est verdâtre. - C'est pour cette raison que tu écrivais un poème?  - Non, je tentais de fixer un rêve conçu dans l'après-midi.  - Cela devait être alors un rêve catastrophique.  -- Regarde comme ces arbres et ces plantes sont hideux. - Nous ne regardons pas le miracle de la même manière. - Les personnages de la scène devant nous ne se décomposent-ils pas?  - Il n'y a plus personne, il... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]