31 décembre 2012

Crazy jazz (La suppression des mots)- 6

Réalité juste s’ils existent existence douteuse avant tout basculait moi et ne courbais pas échine réalité se transformait ne reconnaissais pas toujours réalité encore obscure me prenais pour un autre me prenais vous encore malade avalais et déglutissais litres sang pourtant ne voyais pas contours de la mort ne voyais rien aveugle bienheureux le poète rapide renouveau santé pensée gigantesque nouvelle pensée pas bannie quelques temps pensais d’abord avais trop bu n’avais fait rêver saoul erreur niche poésie poésie se trompe c’est nous... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2012

Crazy jazz (La suppression des mots)-5

Nuit verdit maintenant printemps idiot printemps continu musique les oiseaux apprennent n'en sont encore qu’aux balbutiements oiseaux étranges grognements chiens ou alors les chiens mutation jamais rien savoir pas une raison vie mystère pas vrai sais avis mystères aucune existence objective mystères sifflant oiseaux oiseaux trop pesants hommes tombent paquets oiseaux trop pensants regardez pataugent merde n’en sortiront pas continuent grogner mordre plus de bec nature stupide aberrations terrifiantes oiseaux peut-être de l’aide... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 21:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2012

Crazy jazz (La suppression des mots)-4

Gesticule singe comme moi devenu un rêve rêve beaucoup de mal à rêver lui un paresseux plus la volonté du mal ne m’y attendais pas soleil plus clément me sèche tant au soleil croissant de lune posé sur mon épaule rapace bientôt crèvera mes yeux l’aurai bien cherché chercher sa propre torture tous avoir besoin justice brutale humanité oublié d’être elle humanité trop les funambules on ne peut pas s’amuser non-éternité éternité improbable que faire maintenant attendre regarder disparaître peinture blanche à être recouverte que faire... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2012

Crazy Jazz (La suppression des mots)-3

Raison être la pensée arrêtée en route pense jamais on écrit commence à connaître refrain je fredonnais tout à l’heure tapais cuisses comme un batteur peu à peu conscience lui voilà poésie perdre conscience nouvel enfant pas de censure morale les minables censure morale jetées à la porte tout à l’heure baisser la tête jouer avec mon âme entraîné mélodie plus rien ne peut gens loin croient tous que m’habite horreur mot d’ordre croire continuer écrire gens encore plus loin l’enfant guenilles ne me retournerai pas donneraient envie vivre... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2012

Crazy jazz (La suppression des mots)-2

Douleur quitté se forçait à rire voilà loin la mer loin elle ne pas exister lointain improbable enfant regardait vie éclot sûr avait des hauts le cœur mais on s’habitue la vie on s’habitue se regarde les yeux des animaux pas encore enfant continuait de sauter tournait lui il s’amusait avec objet jouait à la folie un jeu où il excellait c’est pour ça un poète le jardin nu s’agrandissait délire jardin ne pouvait posséder fleurs mortes depuis longtemps temps anciens poésie stupide t poésie on ne sait pas se monte la tête se prend... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 20:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2012

Crazy jazz (La suppression des mots)-1

Infatigable marchais de plus l'avenue n'existait sais que tout mauvais souvenirs tournais La Chapelle savais bien que la vie sens ailleurs la rue était étroite l'étau qui le cou c'était loin plus loin que les larmes ciel gelaient mes km de Lyon Troyes Culmont Chalindrey et en Tille Dijon Mâcon puis Lyon un jour de distraction un au Crocodile dû prendre jusqu'à Belfort traversé la magnifique Doubs parlé avec le contrôleur dont l'accent complètement une autre fois en voiture arrêt à Chaumont Chaumont où les Polonais fous de s'injurier... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2012

Ciel actif

Les intempéries particulières Je l'ai dirigé admirablement c'est loin désormaisUn automne ta gloire avait quelque chose de sensibleDans le jardin universel les plantes se sont fermées sur moiMais je ne pourrai pas recommencer parce qu'elle sont trop nombreusesTes yeux constants ne peuvent me faire taireParce que je suis libre maintenant un barrage s'est effondréTu habitais toujours sous la cascade kaléidoscopiqueAuparavant j'ai pardonné à la mer indisciplinéeSi ton océan peut fondre sur moiMa satiété viendra t'embrasser comme... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2012

Ciel actif

Les voix sirupeuses Je n'ai jamais découvert l'univers au-delàEt pourtant tes nues étaient si prochesTa vitalité commence à dater et mes souvenirsQue je ne peux oublier se roulent en boule à mes piedsTon apparence obsolète ne promettra rienEt je me regrette moi-même me perdant dans le parcEt la terreur demeure et claque dans le sableAlors que se lève une comptine mielleuseOr si ton jeu veut te perdreMon manège d'enfant te sauvera alorsComme quand un souterrain se creuseLa source se formant partout Rien ne peut avoir d'importance si... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2012

Ciel actif

La roue qui rit Je continue mes répétitions et les montagnes gonflentJe célèbre mes fêtes et tout va compter maintenantJe te fais vivre à l'intérieur de mon espérance Je vais dîner avec les armes captivantes et impensablesEt mes paroles coupables flotteront J'engourdirai la toupie et la chaleur fera régresser la spiraleJe changerai l'empire de la véritéEt je franchirai le monde rapide à travers la réalité réduite  Je te fais vivre à l'intérieur de mon espéranceJe conduis des accouplements sur l'asphalte attiédiJe peux... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2012

Ciel actif

Les enfants stupides J'évacue mes traces et le chat renouvelle son talismanJe prie mes sources et je marche encoreJe mens je te nourris du haut de ma tyrannieLes vers extatiques sont encore différés et éloignésMais je rendrai le langage paradisiaqueJe ne fais que gesticuler mes romans et toutes les sensations valident la pesanteurJe découvre que tu me grandis  Et je saute jusqu'à la voûte céleste bafouillant qu'elle est charnelle Je mens je te nourris du haut de ma tyrannieLes crânes épuisés du fantasme la faune qui... [Lire la suite]
Posté par Callahan à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]